Utiliser une image d'openesub

De OpenESubWiki.

Cette page décrit ce qu'il faut faire pour utiliser une image d'openesub

Sommaire

Télécharger l'image

L'Image Qemu pèse environ 120Mo, compressée en Bzip2. Une fois décompressée, elle fait ~1Go et vous disposez à l'intérieur d'environ 550Mo de libre ... ça devrait suffire dans un premier temps.

Comment ça marche ?

Il faut pour cela disposer d'une machine virtuelle (comme vmware, Bosh ou Qemu), et d'indiquer le fichier obtenu comme image du disque dur. Sous qemu il faut être patient pour le démarrage, mais ensuite ça roule.

  * Proposition de ligne de commande :
     * Qemu 0.7 : qemu -hda openesub.img -nics 1 -user-net -redir tcp:8888::80

le -redir tcp:8888::80 indique qu'il existe une communication entre la machine hôte et la machine hébergée (dans l'émulateur). Ainsi, si je dirige mon navigateur vers http://127.0.0.1:8888/~openesub/ je vais arriver sur le site de la machine virtuelle.

Caeies.

Tutoriel d'initialisation/mise à jour à partir de Subversion

Cette procédure a fonctionné avec une version pas très différente de la version qui était présente sur l'image qemu. Même si elle est rigoureusement reportée, ne suivez pas la succession de commandes si une erreur apparaît. Reportez-vous alors plutôt à la page Installer_openESub_sous_Linux pour terminer la configuration.

Démarrage de qemu

Il existe un module s'appelant kqemu, permettant d'accélérer le fonctionnement de qemu. Il s'agit d'un démon. Sous Fedora, le paquet permettant de l'installer se trouve dans le dépôt Livna à l'heure de l'écriture de ce tutoriel. On peut l'installer et le lancer comme suit :

su -
yum install kqemu
service kqemu start
exit

Le lancement de qemu (version 0.9.0) avec l'image openesub se fait avec la ligne suivante :

qemu -hda openesub.img -net nic -net user -redir tcp:8888::80

L'image se charge sur une Debian.


Accès à l'image

Les logins et mots de passe de l'image sont les suivants :

  • openesub/openesub -> Utilisateur dont le répertoire de connexion contient les fichiers openESub
  • root/openesub -> Super-utilisateur

Loggez-vous sous l'utilisateur openesub pour la suite.


Téléchargement du code à jour

C'est très simple : il suffit de se connecter au repository Subversion et de télécharger le source.

svn co svn://www.openesub.org/openesub_communaute/openesub/trunk

Un répertoire trunk est créé dans le répertoire de connexion. Il contient tout le code d'openESub. Vous pouvez faire un lien symbolique vers lui :

mv public_html public_html.old
ln -s trunk public_html


Récupération des éléments spécifiques à l'image

Lorsqu'il a créé l'image, Caeies a modifié des scripts et des fichiers de configuration pour faire fonctionner correctement le tout. Ces scripts ont été sauvegardé par l'étape précédente dans public_html.old. Voici la liste de ces fichiers :

  • public_html.old/asynchrone/base/my_init_base.sh
  • public_html.old/asynchrone/site/config/parametres.php
  • public_html.old/asynchrone/config/config.xml

Dans ma mise à jour, j'ai pu utiliser parametres.php et config.xml tels quels :

cp public_html.old/asynchrone/site/config/parametres.php public_html/asynchrone/site/config
cp public_html.old/asynchrone/config/config.xml public_html/asynchrone/config

Par contre, my_init_base.sh est déjà une adaptation de la part de Caeies. Vous pouvez voir la différence avec le script officiel en faisant un diff :

diff public_html/asynchrone/base/init_base.sh public_html.old/asynchrone/base/my_init_base.sh

Vous noterez sans doute plusieurs changements. Le changement important à intégrer dans le script final est la ligne où se situe le "create function 'plpython_call_handler'". Apportez les modifications nécessaires à init_base.sh, et enregistrez-le sous le nom my_init_base.sh.


Création et population de la base de données

Cela s'effectue par l'exécution de deux scripts : my_init_base.sh et remplit_base. Etant donné que my_init_base.sh crée la base de données elle-même, il faut le lancer avec l'utilisateur postgres :

cd
cp public_html/asynchrone/base/my_init_base.sh /tmp
su -  (rappel mdp : openesub)
su - postgres
/tmp/my_init_base.sh
exit
exit

Le peuplement peut se faire directement à partir de l'utilisateur openesub. Note : le mot de passe de l'utilisateur openesub sous PostgreSQL est très originalement openesub :)

cd ~/public_html/asynchrone/base
./remplit_base.sh   (note : retourne beaucoup d'erreurs, c'est normal)
./remplit_base.sh   (note : retourne encore des erreurs, c'est encore normal)

Mise en place des droits sur les répertoires partagés

Pour fonctionner correctement, le serveur openESub (exécuté sous l'utilisateur d'Apache) doit pouvoir accéder à ces deux répertoires. On leur donne donc des droits étendus :

cd ../site
chmod -R 777 tmp upload


Terminé !

C'est ok ! Vous pouvez accéder à votre serveur openESub via l'adresse http://localhost:8888/~openesub . Lorsque vous avez terminé, vous pouvez arrêter le serveur virtuel. A son prochain démarrage, vous pourrez de nouveau accéder à votre openESub sans aucune nouvelle manipulation (y compris se logger, par exemple).

Iome

Outils personnels